Compagnie Décadrages un regard photographique sur des propositions scéniquesdecadrages@gmail.com

Revue de presse

…Lorraine Gomès apporte la danse là où on ne la rencontre pas habituellement…avec des mouvements qui modèlent l’espace, accrochent l’œil et renversent les perceptions traditionnelles. Sa démarche est en de nombreux points voisine de celle des grands noms de la photographie qui établissent d’instinct un sens nouveau dans des relations sujet-objet…
Lise Ott – Midi libre

…Décadrages un nom qui à merveille le propos de Lorraine Gomès… l’appréhension du site exploré devient mythique,les perceptions bousculées et, le temps d’une invasion insidieuse, l’empreinte du mouvement est venue se graver…
Olivier Marmin – Saisons de la danse

…Des artistes quittent leur espace scénique pour aller créer in situ des pièces uniques, Lorraine Gomès est de ces défricheurs…
Catarina Mercuri – Le Monde

Séduits par le plein air des artistes sèment leur danse dans les jardins. Karine Saporta, Lorraine Gomès ou Emmanuelle Hyunh confrontent leur art à l’immensité du ciel, à l’irrégularité de l’herbe, à l’éphémère de la nature. Les artistes quittent leur espace scénique pour aller créer in situ et en plein air des pièces uniques,…Lorraine Gomès est de ces défricheurs.
Le Monde

La compagnie Décadrages : un nom qui résume à merveille le propos de Lorraine Gomès qui inscrit la chorégraphie dans des lieux insolites. Là où les mouvements fugitifs interpellent notre regard sur les formes et l’espace. Sa danse modèle l’espace et renverse les perceptions d’un lieu immobile. Elle « interprète » des sites particuliers ; d’un musée d’Art contemporain à un château, en passant par une usine, ou un jardin. L’appréhension du lieu exploré devient mythique, les perceptions bousculées et, le temps d’une invasion insidieuse, l’empreinte d’un mouvement est venue se graver.
Le Républicain

Lorraine Gomès apporte la danse là où on ne la rencontre pas habituellement. (…) Avec des mouvements qui modèlent l’espace, accrochent l’œil et renversent les perceptions traditionnelles. Sa démarche est en de nombreux points voisine de celle des grands noms de la photographie qui établissent d’instinct dans des relations sujet-objet un sens nouveau qui étonne par sa différence
Les Saisons de la Danse

Saint-Philibert aurait-il apprécié l’audace ?…Des femmes-fleurs s’épanouissent dans le parc, un ange bondissant sur son trampoline dans la nef, un cheval de bois poussé du nez par un danseur dans le cloître. La mythique et mystiqueAbbaye de Jumièges est pour trois jours habitée par un drôle d’esprit frappeur. (….) Orchestration exemplaire d’un spectacle qui étonne par son originalité et sa beauté
Paris Normandie

Après Régine Chopinot et ses Soli-Bach, Lorraine Gomès a également choisi de concevoir un spectacle destiné aux théâtres à l’italienne. Dans Simulacres, elle évoque, grâce à une audacieuse utilisation de l’espace, la magie de ces théâtres bonbonnières….les femmes sont souveraines, divas sur la scène, courtisanes dans les loges. Elles insufflent aussi cette part de rêve qui fait que, de tous temps, on continuera à aller au théâtre. Lorraine Gomès nous le rappelle avec beaucoup de poésie.
Delphine Goater – Les Saisons de la danse

Evoluant selon des parcours bien réglés, se liant les uns aux autres par une logique de fluidité, les danseurs ont laissé dans l’espace les traces d’un langage presque désinvolte, et certainement pudique, émaillé ca et là de quelques gestes dérisoires, et quasi bouffons (…) Une détermination obstinée dans la rigueur de l’histoire, une histoire fondée sur la géométrie (…) Lointaine, intérieure, signalant ses mouvements comme ceux d’une apparition irréelle, du type de celle que l’on peut voir à l’aube sous une légère brise matinale.
Lise Ott – Le Midi Libre

Un univers à part, où tout semble éternellement se rejoindre ; la vie et la mort, le rire et les larmes, le drame et la plénitude…Une heure à fouiller dans la mémoire d’un lieu peuplé des sentiments et des émotions les plus profonds…Un souffle divin… Un beau voyage !
Dominique Gros – La Presse de la Manche

Tout le monde évolue au chœur d’une ambiance tamisée, propice aux recoins d’ombre où les couples se font, se défont, s’affrontent et frémissent, sensuels et hâtifs. Ces Brèves rencontres de Lorraine Gomès sont des tranches de vie, une comédie humaine à l’échelle de la scène où s’enchevêtrent des types, reflets de l’humanité, au rythme lancinant du tango. Elles renferment une cohérence baroque, embrumée de spleen, de folie frénétique qui nous emporte sans que l’on sente courir le temps.
Olivier Marmin – Les Saisons de la danse

On this website we use first or third-party tools that store small files (cookie) on your device. Cookies are normally used to allow the site to run properly (technical cookies), to generate navigation usage reports (statistics cookies) and to suitable advertise our services/products (profiling cookies). We can directly use technical cookies, but you have the right to choose whether or not to enable statistical and profiling cookies. Enabling these cookies, you help us to offer you a better experience. Privacy Policy